Le #NMTRoubaix, un succès aussi sur Twitter !

Un bon lundi matin. Le soleil est là sur Roubaix. En réunion de cabinet du matin, nous débriefons sur le bon week-end , avec un NRJ Music Tour qui a dépassé toutes nos espérances avec 18 000 spectateurs sur la Grand Place. Tout s’est bien passé. Le succès de l’événement fait du bien. A Roubaix, nous connaissons des lundi plus douloureux….

nmt

Dans la foulée de cette réunion, comme tous les jours, je consulte les statistiques digitales de nos médias ( a défaut de consulter le chiffre d’affaire ;-)) . Le résultat est sans appel : nous avons fait aussi un carton, tant sur le site, sur Facebook que sur twitter.
Je constate notamment les bons résultats du hashtag #NMTRoubaix . Puis me vient l’idée saugrenue de comparer avec le hashtag officiel du Main Square Festival, le « monstre » arrageois qui a fait le plein cette année encore, ne serait-ce que pour me faire mal et puis pour imaginer la distance qu’il nous reste à parcourir par rapport à des leaders de ce type.

Et là, quelle ne fut pas ma surprise de constater que , si sur le week-end, le #mainsquare2015 nous distance largement, sur la seule soirée de samedi, nous sommes en tête , et ce avec 2 heures de concert seulement !
Dans un premier temps, j’hallucine et je me dis de revérifier dans l’après-midi, pensant éventuellement à un bug. Puis, quelques heures plus tard, Bruno Renoul, un journaliste de la presse locale, qui a eu la même idée saugrenue que moi me contacte pour m’en faire part. Les statistiques sont formelles. Dans la foulée, il écrit un papier : http://www.lavoixdunord.fr/region/le-nrj-music-tour-de-roubaix-terrasse-le-main-square-ia24b58797n2931004

Bon, je le dis de suite : cette comparaison n’est pas une victoire, et même si elle m’étonne et m’amuse , je sais le chemin qu’il nous faut pour arriver à la cheville de la Ville d’Arras sur le digital. Un exemple a suivre pour moi, et Anthony et Damien le savent bien. D’autant plus que sur sa page facebook , Arras a par contre battu tous les records ce week-end , notamment grâce à des vidéos qui ont fait des cartons absolus. Bref , sur le réseau social de référence , Arras nous met « minables » comme on dit. Donc, relativisons ….

D’autre part, il y a sans doute des facteurs qui expliquent cela. Dans son artice, Bruno Renoul évoque notamment la cible : en effet, le #NMTRoubaix a sans doute pu bénéficier d’une cible plus favorable avec des adolescents accro au partage. Peut-être. Peut-être aussi qu’il y avait plus de 3G à Roubaix qu’à Arras ce soir là avec un réseau saturé par les 80 000 festivaliers ? Peut-être que le rythme du Main Square ne laisse pas de temps au tweet etc .. etc …. peut-être que… Il y a sans doute plein d’explications qui ont fait pencher la balance du bon coté. Mais je m’autorise à penser (comme disait Coluche) qu’il y a aussi des conséquences des choix de communication que nous avons pris.

  1. nous avons créer un hashtag et l’avons fortement relayé, via l’affiche de la soirée, mais aussi sur toutes les communications liées
  2. Ensuite, nous avons offert aux 10 000 premiers spectateurs un bracelet avec la mention du hashtag, histoire de le mettre au coeur du dispositif.
  3. En parallèle, sur l’écran géant a coté de la scène apparaissaient les tweets faisant mention du hashtag afin d’inciter au tweet pour que sa prose soit diffusée aux yeux de tous
  4. 4/ NRJ a mis en place un relais fort sur ses médias : radio, site avec diffusion en live …
  5. un live tweet soutenu à la fois par le Community Manager de NRJ mais aussi par le compte de la Ville a été mis en place. A noter que l’animateur Guillaume Pley , très suivi sur le réseau social, mais aussi les artistes ont relayé les tweets, donnant une caisse de résonance forte à la soirée

Bref, ce que je veux dire, c’est qu’a aucun moment , on a imaginé rivaliser avec le Main Square; je crois même n’y avoir pas pensé du tout (autre monde, autres cibles, autres moyens etc…) mais par contre, on a tout fait pour faire du bruit sur twitter ce soir là. On y a réfléchi, on l’a préparé, on s’est mis en place, les équipes ont fait le job .. et après, on a eu un peu de bol. En comm, il en faut un peu parfois.
C’est plus important qu’on pourrait le penser. Nous le savons, Roubaix souffre d’une image négative et sur le net aussi. Et bien samedi soir, sur Twitter, sur facebook, des milliers de personnes voyaient passer des messages où l’on parlait d’une ville joyeuse, attirant des stars, avec un public en fusion, une ambiance de folie, un beau soleil, de beaux monuments… Des milliers d’internautes regrettaient de ne pas être à Roubaix. Tout cela ne redorera pas demain l’image de la ville, évidemment. Mais la réussite de l’événement et sa portée médiatique font partie de ces petites choses qui les unes après les autres , infléchiront peu à peu les courbes. Face aux reportages difficiles, face aux drames que nous vivons parfois, chaque belle image de la Ville est bonne à prendre. c’est un travail de fourmi et de longue haleine. Comptez sur moi pour garder le souffle !

Publicités