Une soirée particulière à Roubaix avec Grand Corps Malade

Oui, je suis le dircom de Roubaix et je ne dirai donc pas du mal d’un événement organisé par la ville. Tout le monde le comprend je crois même ceux qui font semblant . Oui, le festival « Roubaix à l’accordéon » est un festival organisé par un service de la Ville avec qui j’adore collaborer , des agents sympas et dynamiques qui se donnent un maximum pour réussir le programme ambitieux en matière d’animation de la Ville. Oui enfin, j’ai participé pour la 1ère fois avec mon équipe à la communication de cet événement en tentant à la fois de le digitaliser un peu et de lui donner une image plus moderne.
Alors forcément  ; je suis de parti pris. Je le sais.

IMG_1493.JPG

Je sais aussi qu’il faudra faire le bilan final de cet événement en faisant abstraction des nos coups de cœur, nos déceptions, nos états d’âmes  mais je voulais quand même vous dire a quel point j’avais passé une soirée merveilleuse vendredi soir pour le concert de Grand Corps Malade. Plus qu’un coup de cœur , un moment tout a fait privilégié.
J’avais douté de la programmation de cet artiste au sein du Magic Mirror, imaginant que le Colisée par exemple aurait été plus approprié. Mais je me suis trompé. Je suppose que dans une grande salle, cela aurait été formidable aussi mais il faut bien reconnaitre qu’il regnait vendredi sur la Grand Place de Roubaix une athmosphère de slam tout a fait particulière. Dans cette salle intimiste, au plus proche de son public, l’artiste a fait éclater sa poésie dans une proximité avec le public roubaisien qui était touchante. Oh c’est sûr, Fabien a déjà eu des salles plus bouillantes, plus ferventes, plus participatives et il ne s’est d’ailleurs pas laissé aller à nous dire que nous étions le « meilleur public de France » . J’avoue que Bibie (oui, je sais j’ai des références ) avait déjà déclaré une fois à Arras lors d’un concert gratuit de l’été qu’Arras « était le meilleur public du monde » et j’en ai ri pendant de nombreuses années. Ca c’était il y a longtemps. Aujourd’hui, il y a le Main Square.
Mais je m’égare.
Avec ses musiciens si proches du 1er rang  et ces enfants qui jouaient et dansaient autour d’eux, les miroirs qui reflétaient les lumières chaleureuses de l’endroit, Grand Corps Malade a réussi un truc extraordinaire : il a hypnotisé le Magic Mirror. Et je pense qu’il a donné la chair de poule à un paquet de spectateurs. Moi en tout cas c’était le cas. C’est un artiste que j’écoute depuis longtemps. « Toucher l’instant » est un de mes textes préférés et j’ai écouté des heures entières cette poésie contemporaine. Souvent des soirs où ça n’allait pas fort. Des jours où les textes me rendaient un peu plus forts pour affronter certains moments.
Contrairement à M. le Maire qui a déclaré avoir déjà vu Grand Corps Malade à la Fête de l’Huma en 2007 😉 c’était pour ma part ma première fois. J’y retournerai , c’est sûr.

Equilibriste, funambule, fragile et fort à la fois, Grand Corps Malade joue avec les mots comme personne. Qu’ils nous parlent d’amour (souvent), de religion, de prison et même de paternité, ils touchent là où ca fait mal, là où ça fait rire, là où ça fait pleurer. Et puis quand démarre « les voyages en train », forcément , on se serre les mains très fort. 
Cette voix là , cette ambiance là, cette rencontre là , au coeur de ma ville. J’aurais pû en rêver. #Roubaixalaccordeon l’a fait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s